Tel est l'édito

 

L'année civile 2016 s'est close sur un événement fort : la venue du Canada (Québec) de la journaliste Djemila Benhabib qui animait le Ciné-Débat organisé par le Collectif Lexovien des Droits Humains. Jeudi 15 décembre, face à 300 élèves des lycées Paul Cornu, Marcel Gambier et Victorine Magne, la journaliste ukraino-chyprio-algéro-franco-canadienne répondait aux questions très pointues de ces spectateurs qui venaient de découvrir le film du poète et chanteur Abd Al Malik, Qu'Allah bénisse la France (2014). Le Collectif et l'A.P.C. ont été frappés par la maturité de ces lycéens. 1h40 de débat sans pause, ce qui exige une certaine concentration. Adieu Fast & Furious, vive Clever Forever. Encore bravo et merci ! Le lendemain soir, Djemila, inlassable, toujours précise, toujours passionnée, remettait le couvert pour 120 spectateurs tout public (la veille était réservée aux lycéens), avec, toujours en ligne de mire, la Laïcité et le Droit. Au programme de ces deux soirées mémorables : Métissage ou communautarisme? Qu'est-ce qu'être Français aujourd'hui ? Telle était la question. Rappelons que Djemila Benhabib a reçu le Prix International de la Laïcité (2012), le Prix International du Québec (2014) et qu'on vient de lui remettre le Prix de la Liberté d'Expression (2016).

Autre événement : l'A.P.C. a tenu son Assemblée Générale mardi 13 décembre 2016. Le bureau (riche en matière grise) a été reconduit, le punch (riche en fruits) dégusté, les pistaches (riches en anti-oxydants) croquées : Président  = Didier Mayeur ; Trésorière = Maryline Fourel ; Secrétaire = Benoît Duley. Tel était le bureau l'an passé. Tel il sera encore cette année.

2017 commence très fort. Quelle chance pour les cinéphiles car, vendredi 13 janvier, nous aurons l'honneur d'accueillir Davy Chou, jeune réalisateur primé à Cannes (Prix SACD) et à Cabourg (Grand Prix) ! Et à Namur (Belgique) et à Mumbai (Inde). Quelques jours plus tard, débutera le 20° Festival Télérama/AFCAE, le Festival que vous attendez toute l'année pour rattraper le retard pris à cause du boulot, du métro et du dodo. Cette fois-ci, dix films (dont un en avant-première le samedi soir, primé déjà deux fois, on est vraiment à la noce !). Que de bons films à 3,50€ avec le "pass" Télérama ! Sans compter que l'A.P.C. organise un tirage au sort pour gagner des "pass" pour le Festival du Film Américain de Deauville 2017. N'allez pas voir ailleurs, on trouve tout au Majestic ! En attendant le multiplexe…! Que vous dire sur ce serpent de mer ? Nessie arrive, repart, s'en revient jusqu'au jour où il n'aura plus de force, le pauvre ! Dépassé, fatigué, usé, noyé par les fouilles, il faudrait qu'il fasse rapidement des petits dans une salle obscure (derrière l'écran ?) pour agrandir la famille. Pourvu que les fouilles ne l'enterrent pas ! Car les fouilles ont un coût, c'est notoire. En attendant Bernay est prêt et Pont-Audemer dans les starting-blocks. Tel est le constat aujourd'hui !

Pour conclure, je voulais aborder La géographie du cinéma 2015 (in "Les Dossiers du CNC," n°335) mais aurais-je la place ? Sachez au moins que ce qui détermine un spectateur dans le choix de la salle de cinéma est sa proximité du domicile (61,8%). D'autres critères qualitatifs sont classiques : le confort (34,1%), la facilité d'accès (31,4%) et la richesse de l'offre (26,3%). En France, le cinéma Art & Essai a enregistré 20,3% des entrées totales en 2015 (Paris 39,4%, le Gers 34,8%, le Lot 30,2%), le Calvados seulement 19,3%, part inférieure à la moyenne nationale. Notre Département a proposé 297 films A&E mais nos spectateurs ont parfois bien du mal à sortir. C'est le constat fait en AG. Nos Soirées (par ex. débat de société, rencontre avec un artiste, soirée à thème) attirent plus les spectateurs qui, de fait, peuvent échanger avec l'invité. On remarque bien, ici, le rôle culturel et social de l'A.P.C. et les liens qui se tissent entre les associations locales; l'essai n'est toutefois pas transformé lorsque le public vient peu aux autres séances : 71,4% de spectateurs occasionnels pour 24,1% de spectateurs réguliers (4,5% pour les assidus). Pour en finir avec les chiffres, apprenez que le profil des spectateurs A&E se compose de 57% de femmes et, par déduction, de 43% d'hommes. À quand la parité ? Telles sont les dernières remarques pour cette année !

Pour l'A.P.C.   Didier Mayeur