La télé, c’est l’éphémère; le cinéma, lui, fabrique des souvenirs. (J-L Godard)

Les Noces d’Emeraude sont derrière nous ! Les gourmandises une fois appréciées, nous remontons dans le train culturel qui avait fait une halte en gare de Lisieux. The show must go on ! Je profite de l’enchantement des papilles du vendredi 5 octobre 2018 pour rappeler ce qu’est pour nous, et j’espère pour vous, l’Association Pour le Cinéma.

L’A.P.C. est une Association qui promeut le film d’auteur, le film d’Art & Essai. Le cinéma est un Art qui divertit et instruit, tels les romans que Jules Verne concevait. Au sein de ce 7ème Art, les films d’auteurs sont des films qui ne veulent pas juste plaire et qu’on oublie. Ils nourrissent la réflexion à partir de créations personnelles comme un Chef va nourrir le gourmet qui réserve une table chez lui. Le spectateur ne consomme pas, il déguste (dans le bon sens du terme). Pas de plats formatés mais des films qui stimulent les papilles et les pupilles. L’Art n’assène pas des vérités (films de propagande), il n’est pas didactique, l’Art fait comprendre les choses sans le vouloir et chacun se nourrit de ce qu’il veut. Lors d’une discussion avant la projection d’un film de
« Collège au Cinéma », un élève s’était interrogé et avait eu une révélation :
On a le droit de ne pas aimer un film ? Bien sûr, comme un roman, ou une musique, ou une peinture ! On peut apprécier juste une séquence, juste un chapitre, juste un air... Chacun se nourrit en fonction de ses origines, de sa personnalité, de ce qu’il est. Le spectateur aiguise ainsi son esprit critique. L’Art est la Liberté par essence, il n’obéit à personne et c’est la raison pour laquelle les artistes sont censurés dans certains pays. Refus de rentrer dans le moule étatique. Ils doivent alors choisir entre la peur, la mort ou l’exil. L’Art est Résistance. Et pour bien faire, nous programmons toujours en V.O.S.T.fr. Sans oublier la fonction d’une musique de film (rappelez-vous celles d’Amélie Poulain, de Barry Lindon, des Dents de la Mer ou du Grand Bleu, d’Il était une fois dans l’ouest, du Parrain, de In the mood for love, etc.) et d’une bonne réplique : Ca vous ennuie que je me repoudre le nez ? Il brille mon nez... C’est pas comme mon avenir. (Josiane Balasko, Trop belle pour toi); ou bien : C’est c’lâââ, oui... (tout le monde a reconnu).

Vous comprenez mieux pourquoi l’A.P.C., depuis 40 ans, a organisé plus de 250 animations culturelles au Majestic de Lisieux, des Soirées Musique & Cinéma, Peinture & Cinéma, des Soirées en collaboration avec les trois Jumelages, des échanges entre le public et les réalisateurs, les comédiens, l’équipe artistique. A ce stade, deux grands mercis s’imposent. Le premier à André Lucas et ses copains (« gauchistes » comme les identifiait un ancien directeur de salles de Lisieux car ils programmaient des films bizarres) qui ont eu l’idée lumineuse (comme une lampe de projecteur) de fonder l’Association Pour le Cinéma et à Jean-Fabrice Reynaud, propriétaire indépendant des cinémas de Lisieux qui leur a laissé carte blanche pour une programmation variée mais exigeante. Nous avons repris le flambeau il y a exactement 20 ans ! C’est l’âge de Kirikou, du Titanic et de la 1ère Coupe du Monde de foot gagnée par la France. La vita è bella ! Mais pour ne pas faire de jaloux, n’ignorons pas que 1978 a vu naître Omar Sy, Camille et Didier Drogba. Hélas disparaissaient Claude François, Jean-Paul 1er et Jacques Brel. Que de souvenirs en images dans nos vies !

Filons la métaphore jusqu’au café. Au menu de ce programme un cocktail de films étrangers en V.O., du Maroc à l’Ukraine en passant par le Kenya et l’Inde, dernier film retenu par l’Association JALMALV pour sa Soirée « Ode à l’amour ». Le café-ciné est à consommer sans modération.

Merci et encore merci à tous les bénévoles qui ont oeuvré, qui oeuvrent encore et qui oeuvreront après nous.

Pour l’A.P.C. Didier Mayeur