A.P.C Lisieux

24 avril 2018

Programmation du 26 avril au 3 juin 2018

1

2

Posté par Will Jenkins à 18:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Edito mai 2018

La roue tourne

London, Wien, Berlin, Honfleur, Lisieux, la roue tourne pour les visiteurs du soir et du midi, elle tourne pour la Ville dont on peut admirer les toits et la campagne environnante. Elle a été installée sur l’initiative de l’Association Les vitrines de Lisieux et Emmanuel Thillaye, Adjoint au Maire en charge de l’attractivité commerciale. Espérons que le commerce ne va pas continuer à tourner en roue libre car le coeur de ville se vide depuis quelques années ! Quelle force que cet effet centrifuge ! Espérons également que cette Grande Roue sera plus une Roue de la Fortune qu’une animation faisant la roue comme un paon du château de Saint-Germain-de-Livet ! En fait, rien de plus démoralisant pour le citoyen et le commerçant qu’une attraction qui se pavanerait sur une place juste pour le plaisir de montrer ses appas ! Il se sentirait floué et bonjour le supplice de la roue ! Pour sa part, l’A.P.C. se sent comme écartelée par quatre chevaux au galop, à savoir des élus dépassés et un Majestic vieillissant. L’A.P.C. est dans la force de l’âge, elle n’a pas vocation a être enterrée. Dans 10000 ans, lors de fouilles décidées par la DRAC, on exhumera nos vestiges, les traces de plus de 250 actions culturelles dont l’origine de l’extinction restera inconnue. Epidémie politique ? Sénescence programmée ? Changement climatique ? Elévation du niveau de la mer ? Chute d’une roue céleste ?

Je me dis : ressaisissons-nous ! expliquait Raymond Devos dans son sketch « Sens interdit ». Mais à chaque proposition on oppose un autre grand projet et là, à force de tourner en rond, j’entends à nouveau notre humoriste dire Je vous aurai au tournant ! La Ville nous a au tournant depuis près de 15 ans et avec Devos nous enchaînons : Y a plus de bon sens ici ! Que des sens interdits, en fait !

J’ai envie, puisque la désertification du centre ville avance à la vitesse d’un sulky au galop, de faire se rencontrer l’Adjoint au Maire en charge de l’attractivité commerciale de Lisieux et le Directeur des cinémas de Lisieux. Mais peut-être se sont-ils déjà vus ? En tout cas, les Maires de Pont-Audemer et Bernay sont bien plus roués car ils ont réussi à faire tourner la roue dans le bon sens. Il existe une Association d’Assistance et d’Entraide des artistes, elle s’appelle « La Roue
Tourne », on pourrait la contacter. Et quand on apprend hélas que le cinéma parisien « La Clef » devrait mettre prochainement la clef sous la porte (c’est pas drôle !), y a de quoi bouder dans son coin. Surtout quand on sait que
sulky, en anglais, signifie « boudeur »... et à la vitesse où ça va... Un espoir, heureusement : J’espère que la routourne va vite tourner (Franck Ribéry).

Pour l’A.P.C. Didier Mayeur 

Posté par Will Jenkins à 18:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 mars 2018

Programme Art & Essai mars/avril 2018

1

2

Posté par Will Jenkins à 17:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Edito mars/avril 2018

La mode des feuilletons

Le premier édile de la Ville a parlé. Il a répondu à un ex-adjoint qui l'exhorte à décider et à trancher pour que ça bouge enfin : Cela montre surtout qu'on est en France et qu'on ne peut pas faire ce que l'on veut. (O-F du 7 mars 2018). La fatalité lexovienne est là, bien pesante. Y a du lourd depuis plus de dix ans ! Et on nous enfume en même temps. On ne peut rien faire alors que le multiplexe est un véritable moteur d'attractivité (O-F du 7 mars 2018). On n'y est pour rien ! Il y a toujours un grain de sable qui enraye le débarquement d'un projet. Un maire, malgré son ambition pour la Ville, malgré sa vision à court terme, ne peut rien faire économiquement pour sa ville. Pas de chance pour le fidèle investisseur à Lisieux qui veut avancer économiquement. On marche sur la tête. Je relis un vieil édito de l'A.P.C. datant du 13 juin 2013 : Le multiplexe est-il un serpent de mer ? On peut le croire. Le dossier apparaît sur un bureau, disparaît dans un carton pour ressurgir sur les lèvres d'un individu qui est pour mais contre. Ptêt ben qu'oui, p'têt ben qu'on ? Cela s'appelle un feuilleton. Examinez votre programme télé ! Les feuilletons sont à la mode, on ne propose que des séries françaises, danoises, norvégiennes, anglaises, américaines... Cela dépasse l'Europe. Lisieux suit la mode. Elle s'enrobe de feuilletons tandis que son coeur de ville saigne et s'assèche. Et le Lexovien moyen s'en fout, ça le fait sourire. Il a droit non pas au chapitre mais à un chapitre nouveau tous les six mois. Ca fait jaser : "Tiens, ils ont changé de lieu ! Un problème pour la Ville ?" "Tiens, ce n'est plus le même opposant ! Un problème pour la Communauté de Communes ?" "Tiens, ils parlent d'un nouveau dossier ! Un problème pour l'AGGLO ?" C'est le maire de Mézidon-Canon qui doit se demander comment il a réussi pour développer sa ville. C'est le maire de Saint-Lô qui doit se demander comment il a fait pour faire surgir de terre un multiplexe. C'est le maire de Bernay qui doit se demander comment il a réussi à avoir déjà son miniplexe en lançant son projet bien après Lisieux. Ca sert à ça les feuilletons, mes amis. Aux rebondissements à suivre dans la presse locale. Superman est mort. Vive Supermaire ! De Super Magiciens ces gens-là ! Les habitants ont peut-être la ville qu'ils méritent ? Ils infléchissent des choix alors que le ciné ne les intéresse pas puisque la télé propose de bien beaux feuilletons. Prochaine Soirée au Majestic : Ciné-Rencontre avec Eugène Sue, scénariste du feuilleton "Les Mystères de Lisieux", qui a reçu l'Aide à la Réécriture du pôle "Normandie Images".

Tout ça pour vous dire qu'un homme d'action est un homme qui fait des choix. Tout ça pour vous dire que, si par malheur on ne trouvait pas rapidement une solution (on arrête avec les fausses excuses et la politique politicienne), et si le Majestic ferme pour une raison ou une autre, les quelques 250 actions culturelles que nous avons menées depuis 40 ans (cette année l'A.P.C. soufflera ses 40 bougies, quel cadeau !) seraient réduites à néant. Tant mieux pour vous, Lexoviens, qui avez mis des bâtons dans les roues du projet car vous pourrez à nouveau garer votre quat' roues sur votre petite place perso qui n'est pas votre Place. Le marché, qui ne devait jamais disparaître, continuera entre les voitures et les camionnettes.

Au nom de l'A.P.C., des cinémas Majestic et Royal, aux noms des spectateurs qui savent l'importance d'un ciné dans une petite ville de province, au nom des jeunes qui aiment le cinéma, je demande aux Augerons silencieux d'exiger que ce projet culturel se débloque, peu importe où. Agissez, faites une pétition, parlez-en sur vos réseaux sociaux ! Mettez la pression ! On parle de fermer le Tribunal. Ensuite le Majestic. Feuilleton à suivre !

Pour l'A.P.C. Didier Mayeur 

Posté par Will Jenkins à 17:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 février 2018

Programme février-mars 2018

01

02

Posté par Will Jenkins à 13:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Edito février 2018

Cachés sous les arbres

 

La Soirée "L'Intelligence des Arbres" arborait une belle santé ce vendredi 19 janvier ! On n'avait pas vu ça depuis Titanic et ce ne fut ni un naufrage, ni un plantage, au contraire ! N'est-ce pas une fois de plus la preuve qu'écrivains et cinéastes sont toujours en avance sur une Société qui s'enlise, qui se prend les pieds dans les racines de ses contradictions ? N'oublions pas non plus les lobbies dont les germes de l'intérêt privé mutent en épines dans le pied de l'intérêt public ! Remercions alors Claire et ses amis d'avoir pris en charge cette Soirée car les coutures du Majestic craquaient de partout. Ainsi nous avons pu faire notre miel des différents échanges entre le public et les invités. Pour clore ce paragraphe, sachons que le mot "permaculture" est un mot-valise formé de "(agri)culture" et "permanence". Il date des années 70 mais la permaculture se fonde sur des principes vieux comme le monde puisque l'observation de la nature est vieille comme Hérode (ou Mathusalem, au choix). Elle est philosophie de vie, où animaux, végétaux et humains vivent en harmonie dans un environnement sain et auto-suffisant. Ne soyez pas empotés, soyez reporterre de votre jardin !

A venir, un Ciné-Rencontre avec les Migrants vendredi 9 février à 20h15. L'ENTREE sera GRATUITE mais un don d'un ou deux euros sera le bienvenu puisque la CIMADE, la LDH, l'A.P.C. et d'autres associations s'engagent à payer la soirée. Pourquoi une telle initiative ? Parce que le sujet est brûlant d'actualité, parce que les migrants dont on parlera survivent à Ouistréham où nos deux invitées, Pauline POULAIN et Bénédicte VACQUEREL, les réalisatrices du film Ceux qu'on ne voit pas, les ont filmés, parce qu'elles seront présentes pour répondre à vos questions. Pour clore ce paragraphe, parlons de dérivation de mot. Quelle différence entre une migration et un exil ? entre un immigré et un émigré ? Le Français Emile Piastre* qui migre vers la Suisse est un émigré tandis que le Tunisien Roland Peuplu* qui migre vers Lampedusa est un immigré. C'est facile à comprendre.

Plus tard, le 16 février, nous baignerons dans l'Angleterre victorienne en faisant un aller-retour entre Londres et New-Delhi grâce à la Soirée Anglaise organisée par le Comité de Jumelage Lisieux-Taunton. Mais avant Confident Royal en V.O.S.T.Fr nous dégusterons, à partir de 20h, les gourmandises anglaises préparées par les petites mains de sa Majesté la Reine. Vous reprendrez bien un peu de curry ?

 

 

* les nationalités et les noms ont été changés pour des raisons de sécurité

 

Pour l'A.P.C.   Didier Mayeur

Posté par Will Jenkins à 13:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 octobre 2017

Programme Art & Essai novembre 2017

Prog A

Prog A

Posté par Will Jenkins à 00:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Edito novembre 2017

Tapis rouge et tapis noir

 

Chaque automne se déroule le congrès annuel de la FNCF (Fédération Nationale des Cinémas Français) où les professionnels  échangent leurs points de vue. A l'étage du CID de Deauville, j'ai appris que le piratage de films coûtait 1,3 milliard d'euros de manque à gagner au cinéma français et que, malgré les promesses des distributeurs, l'accès à certains films pour les petites salles est toujours difficile. Au rez-de-chaussée les exposants ont fait de l'oeil aux chalands pour vendre leurs appas en leur dévoilant les dernières technologies. J'ai, de fait, apprécié les jus de fruits pour salles dernière génération, les photobooths (bornes photo interactives) dernière génération, les pop-corns croustillants dernière génération (qui font donc plus de bruit pendant la séance), l'écran 4K Crystal LED Sony-Projection laser dernière génération (1 million d'euros l'écran !), les fauteuils moelleux dernière génération pour couple ou pour Rémy, les oeufs des "Enfants" (les germanophiles sauront) dernière génération, bref tout ce que les salles du multiplexe de Lisieux - que nous attendons depuis plus de 10 ans - auraient si… Avec des "si" on mettrait la Basilique en bouteille. L'eau coule sous les voûtes romaines de Lisieux et on attend… Caroline Duchemin, Jean Macé, André Malraux s'en lavent les mains.

Changeons de programme ! Du 27 au 29 octobre, le Festival "Les 400 Bobines" déroule son 1° tapis rouge. Il est organisé pour les Jeunes et animé par les Jeunes qui accueilleront le public, présenteront les films, lanceront la cérémonie d'Ouverture et clôtureront le Festival. Entre temps vous serez venus voter pour vos films favoris (8 films de 2016/2017 en compétition) et nous remettrons les 3 Bobines d'Or aux réalisateurs concernés. Mais avant le lancement du premier film, deux animations gratuites vous sont proposées : un atelier avec l'Ecole d'Art Plastiques et un spectacle de bruitage de film avec "Soigne ton gauche". Lisez-nous sur les réseaux sociaux, sur les sites du ciné, de l'Association Pour le Cinéma (A.P.C.), du Pôle Muséal et de la Ville de Lisieux, sur YouTube, etc. Faites circuler l'info, venez nombreux pour nous soutenir. Faites que cela réussisse et nous comprendrons que vous souhaitez une 2ème tournée l'an prochain...

Changeons de programme ! Mercredi 15 novembre, le compositeur de la musique du film La Mélodie, Bruno Coulais, sera parmi nous, accompagné du réalisateur Rachid Hami. Attention : séance à 18 h ! Deux jours plus tard, nous partagerons les gourmandises de la Soirée Québec mélangées à l'odeur Des Mauvaises Herbes (à partir de 20h). Moins drôle mais hélas toujours d'actualité quand le Tapis Rouge d'Hollywood se transforme en Tapis Noir de Devilhood après les accusations de viols contre Harvey Weinstein, le producteur de films ayant reçu plus de 80 Oscars, la Soirée Pour l'Elimination des Violences faites aux Femmes organisée par le CIDFF 14. Nous projetterons Je danserai si je veux, le film qui a reçu 12 Grands Prix Internationaux. Là encore, venez nombreuses pour prendre la parole car hélas, trois fois hélas, Harvey Weinstein illustre trop bien le mâle en rut dominateur et destructeur au boulot et à la maison. Suivra un film sur les tabous de la sexualité en Iran, Téhéran Tabou. A ne pas manquer non plus ! Plastiquement et culturellement parlant.

L'AG de l'A.P.C. se déroulera jeudi 14 décembre à 18h au Majestic.

Pour l'A.P.C.   Didier Mayeur

Posté par Will Jenkins à 00:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 octobre 2017

Suite des aventures de l'APC !

À partir de maintenant, retrouvez toute l'actualité, les nouveautés et la programmation sur la nouvelle page Facebook de l'Association Pour le Cinéma ! Ce blog restera ouvert pour pouvoir consulter toutes ces archives depuis sa création.

https://www.facebook.com/Association-Pour-le-Cinéma-Lisieux-388418121575182/

logoFB

Posté par Will Jenkins à 17:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 septembre 2017

Programme Art & Essai du 21 septembre au 30 octobre 2017

1

2

Posté par Will Jenkins à 15:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]