A.P.C Lisieux

06 décembre 2018

Prog dec 2018

 

01

02

Posté par Will Jenkins à 20:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Edito dec 2018

Voir d’un autre oeil

Le début de saison est très prometteur. Déjà six Soirées, dont deux en présence de réalisateurs, Antoine Desrosières pour A genoux les gars et Saïd Hamich pour Retour à Bollène, ce dernier étant nominé pour le Prix Louis Delluc.

Cette vitalité de la programmation n’est pas le seul fait de l’A.P.C. Elle est due aussi aux liens culturels tissés ici et là sur le territoire et à la clairvoyance de Grégoire Reynaud, Directeur du Majestic. Si des Associations souhaitent un partenariat ponctuel, qu’elles n’hésitent pas à nous contacter.

Cette vitalité reflète également la volonté des réalisateurs et des spectateurs de faire bouger les choses. Le cinéma reflète l’image d’une société en mouvement qui lutte contre l’immobilisme et la paresse. Ce n’est pas un hasard si En liberté ! de Pierre Salvadori cartonne en ce moment. Adèle Haenel (déjà invitée par l’A.P.C.) incarne une femme qui écoute son coeur mais qui ne veut pas suivre une société statique, corrompue qui méprise le respect et le partage. Elle bouge, elle décide, elle prend les choses en mains. Cette comédie raconte beaucoup de choses, mine de rien. Tout comme Nos batailles ou Girl.

Lors du Ciné-Rencontre avec Antoine Desrosières invité par le CIDFF 14, le réalisateur a mis en scène des filles qui s’interrogeaient sur leur statut de victimes des machos. A genoux les gars, au titre provocateur, a choqué plus d’un(e) spectateur(trice) et, la lumière à peine rallumée, les invectives ont plu sur le réalisateur, lequel a assumé complètement son film. A la lueur des remarques et des explications, le dialogue s’est instauré entre un public déconcerté par ce film aux scènes scabreuses (hélas le quotidien de certains de nos enfants), l’équipe du CIDFF 14 et le réalisateur. C’était le but. Antoine Desrosières, qui sillonne la France et partage son film avec les établissements scolaires, a su par sa patience, son écoute et ses arguments toujours solides, faire comprendre l’intérêt et l’utilité de son film. Parlons des tabous pour dénoncer ceux qui s’en servent pour asservir ! Du coup, le film a été vu d’un autre oeil. Je tiens alors à remercier la spectatrice qui a rué dans les brancards en affirmant de vive voix que le film était nul. Elle a voulu quitter la salle mais Antoine Desrosières a instauré avec intelligence un dialogue entre elle et lui et le public. A la fin des échanges, cette spectatrice est venue saluer le travail du réalisateur. Bravo, madame ! Respect ! Nous regrettons seulement que ceux qui ont bougonné et fermé les yeux face à ce sujet soient partis. Jouer les autruches ne sert à rien. L’Homme va de l’avant, il ne s’enterre pas ! Il a des jambes pour avancer et des yeux pour voir autrement le miroir aux alouettes de certains. Le cinéma est là pour nous le rappeler. Le 7° Art bouge et ouvre les esprits. Les villes, les régions et l’Etat devraient voir leurs politiques d’un autre oeil.

Pour l’A.P.C. Didier Mayeur

Posté par Will Jenkins à 20:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 novembre 2018

Programme nov/dec 2018

01

02

Posté par Will Jenkins à 21:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Edito novembre 2018

On a tout à y gagner

Suite à l’Anniversaire de l’Association Pour le Cinéma (A.P.C. Lisieux) - 40 ans de cinéma au Majestic ! - et à la correction des copies, les noms ci-dessous en intéresseront quelques uns :
- Valérie Burel, qui a gagné le
Quiz Cinéma organisé par Atome Game et l’A.P.C., se voit offrir un an de cinéma par Grégoire Reynaud, Directeur des cinémas de Lisieux;
- Christelle Bietry, Pascal Barret, Steven Blais, Jean-Pierre Bourdarias et Omar Kamal, tous finalistes du
Quiz Cinéma, ont gagné 4 places de ciné chacun offertes par l’A.P.C.
- Concernant le jeu Cinéma et Publicité, nous avons retenu 9 gagnants : Pascal Barret, Steven Blais et Franck Hautefeuille avec 16 bonnes réponses sur 16 (3 places gagnées chacun); Flore Delain, François Douillet et Dominique Serres avec 15 bonnes réponses sur 16 (2 places gagnées chacun); Mélaine Baroin, Yves Ménard et Yves Ras avec 14 bonnes réponses sur 16 (1 place gagnée chacun). Félicitations, donc, à ces cinéphiles qui apprécient notre programmation Art & Essai ! Nous répétons que ces films d’auteurs que nous sélectionnons gagnent à être connus et reconnus tant ils reflètent nos sociétés.

Pour illustrer notre propos, ce mois-ci voit s’organiser un programme autour de 3 Soirées Exceptionnelles, chose rare pour le souligner.

Notre Soirée Québec présentera Insoumis, un film préfigurant les bouleversements sociétaux qui se cristalliseront en France en mai 68.

La semaine suivante, le CIDFF 14 proposera A genoux les gars, un film qui dénonce la violence masculine au quotidien; pour en parler, Antoine Desrosières, son réalisateur, sera présent ce soir-là au Majestic pour engager une discussion avec vous.

La semaine qui suit verra une Soirée organisée par Amnesty International autour du film Bienvenus. Comment remplir un hôtel vide ? Vous le saurez en payant votre chambre au prix d’une place de ciné (Tarif unique:-).

Autour des ces 3 Soirées Exceptionnelles, un film qui a reçu le Prix d’Interprétation et la Caméra d’Or au Festival de Cannes 2018 et un autre qui a reçu le Prix du Jury !

Venez nombreux, vous avez tout à y gagner ! De bons films, de l’évasion et de la réflexion, des gourmandises à croquer, des échanges avec les copains, du bon temps à passer, des questions à poser... Votre fidélité et votre soutien nous encouragent à poursuivre dans ce sens.

Pour clore cet édito, notez que l’Assemblée Générale de l’A.P.C. se déroulera mardi 4 décembre à 18h15 au cinéma Majestic de Lisieux. A l’issue de cette A.G., encore des gourmandises à croquer.

Pour l’A.P.C. Didier Mayeur

Posté par Will Jenkins à 21:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 octobre 2018

Programmation oct/nov 2018

01

02

Posté par Will Jenkins à 14:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Edito oct/nov 2018

La télé, c’est l’éphémère; le cinéma, lui, fabrique des souvenirs. (J-L Godard)

Les Noces d’Emeraude sont derrière nous ! Les gourmandises une fois appréciées, nous remontons dans le train culturel qui avait fait une halte en gare de Lisieux. The show must go on ! Je profite de l’enchantement des papilles du vendredi 5 octobre 2018 pour rappeler ce qu’est pour nous, et j’espère pour vous, l’Association Pour le Cinéma.

L’A.P.C. est une Association qui promeut le film d’auteur, le film d’Art & Essai. Le cinéma est un Art qui divertit et instruit, tels les romans que Jules Verne concevait. Au sein de ce 7ème Art, les films d’auteurs sont des films qui ne veulent pas juste plaire et qu’on oublie. Ils nourrissent la réflexion à partir de créations personnelles comme un Chef va nourrir le gourmet qui réserve une table chez lui. Le spectateur ne consomme pas, il déguste (dans le bon sens du terme). Pas de plats formatés mais des films qui stimulent les papilles et les pupilles. L’Art n’assène pas des vérités (films de propagande), il n’est pas didactique, l’Art fait comprendre les choses sans le vouloir et chacun se nourrit de ce qu’il veut. Lors d’une discussion avant la projection d’un film de
« Collège au Cinéma », un élève s’était interrogé et avait eu une révélation :
On a le droit de ne pas aimer un film ? Bien sûr, comme un roman, ou une musique, ou une peinture ! On peut apprécier juste une séquence, juste un chapitre, juste un air... Chacun se nourrit en fonction de ses origines, de sa personnalité, de ce qu’il est. Le spectateur aiguise ainsi son esprit critique. L’Art est la Liberté par essence, il n’obéit à personne et c’est la raison pour laquelle les artistes sont censurés dans certains pays. Refus de rentrer dans le moule étatique. Ils doivent alors choisir entre la peur, la mort ou l’exil. L’Art est Résistance. Et pour bien faire, nous programmons toujours en V.O.S.T.fr. Sans oublier la fonction d’une musique de film (rappelez-vous celles d’Amélie Poulain, de Barry Lindon, des Dents de la Mer ou du Grand Bleu, d’Il était une fois dans l’ouest, du Parrain, de In the mood for love, etc.) et d’une bonne réplique : Ca vous ennuie que je me repoudre le nez ? Il brille mon nez... C’est pas comme mon avenir. (Josiane Balasko, Trop belle pour toi); ou bien : C’est c’lâââ, oui... (tout le monde a reconnu).

Vous comprenez mieux pourquoi l’A.P.C., depuis 40 ans, a organisé plus de 250 animations culturelles au Majestic de Lisieux, des Soirées Musique & Cinéma, Peinture & Cinéma, des Soirées en collaboration avec les trois Jumelages, des échanges entre le public et les réalisateurs, les comédiens, l’équipe artistique. A ce stade, deux grands mercis s’imposent. Le premier à André Lucas et ses copains (« gauchistes » comme les identifiait un ancien directeur de salles de Lisieux car ils programmaient des films bizarres) qui ont eu l’idée lumineuse (comme une lampe de projecteur) de fonder l’Association Pour le Cinéma et à Jean-Fabrice Reynaud, propriétaire indépendant des cinémas de Lisieux qui leur a laissé carte blanche pour une programmation variée mais exigeante. Nous avons repris le flambeau il y a exactement 20 ans ! C’est l’âge de Kirikou, du Titanic et de la 1ère Coupe du Monde de foot gagnée par la France. La vita è bella ! Mais pour ne pas faire de jaloux, n’ignorons pas que 1978 a vu naître Omar Sy, Camille et Didier Drogba. Hélas disparaissaient Claude François, Jean-Paul 1er et Jacques Brel. Que de souvenirs en images dans nos vies !

Filons la métaphore jusqu’au café. Au menu de ce programme un cocktail de films étrangers en V.O., du Maroc à l’Ukraine en passant par le Kenya et l’Inde, dernier film retenu par l’Association JALMALV pour sa Soirée « Ode à l’amour ». Le café-ciné est à consommer sans modération.

Merci et encore merci à tous les bénévoles qui ont oeuvré, qui oeuvrent encore et qui oeuvreront après nous.

Pour l’A.P.C. Didier Mayeur

Posté par Will Jenkins à 14:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 septembre 2018

Programme sept/oct 2018

001

002

Posté par Will Jenkins à 19:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Edito sept/oct 2018

Tempus fugit

En ouvrant cette nouvelle saison 2018/2019, l’A.P.C. a une pensée émue pour Odile qui nous a quittés au début de l’été. Nous n’imaginions pas un clap de fin aussi dramatique. Ses remarques, ses sourires et son engagement pour la Culture manqueront à tous.

L’Association Pour le Cinéma fête, cette année, ses Noces d’Emeraude, 40 ans d’engagement culturel avec le Majestic. Plus de 250 animations ! Oui, déjà ! Oh, comme nous nous sommes collés l’un à l’autre ! Comme nous nous sommes embrassés dans ces salles obscures ! Car une salle de ciné, ça sert à ça aussi : réunir des êtres qui regardent dans la même direction la main dans la main (sans fermer les yeux). Vraiment nous ne savions pas, après nos Noces de Coton, de Cuir et de Froment que nous serions encore ensemble si longtemps après. La Passion Culturelle est un langoureux baiser. Rappelez- vous Michèle Morgan et Jean Gabin, Ingrid Bergman et Cary Grant (à l’époque les héros n’avaient pas le droit de s’embrasser plus de trois secondes à l’écran, code Hays oblige), Léa Seydoux et Adèle Exarchopoulos. J’aime beaucoup l’attente du baiser dans Casablanca et à la folie le regard de Nicole Kidman embrassée par Tom Cruise dans Eyes Wide Shut. Pour les plus jeunes, rien ne presse, nous recommandons La Belle et Le Clochard. Plus tard, ces mêmes spectateurs moins jeunes prendront pour modèles Les Beaux Gosses. Le Cinéma est un miroir de la société.

Remontons le temps ! Le premier baiser au cinéma a été censuré, signe que le Cinéma possède un côté transgressif et pédagogique. Mais le Cinéma n’est pas qu’histoire d’amour... et de haine. Les spectateurs s’évadent en vivant des aventures, des drames, des comédies, des dramédies, ils y trouvent de la poésie et de la vulgarité, des investigations et des interrogations, bref tout ce qui fait l’Homme. Le Cinéma peut remonter le Temps, comme il peut science-fictionner à gogo. Il est le 7ème Art et l’ Association Pour le Cinéma (A.P.C.) le sert BENEVOLEMENT depuis 40 ans.

Vendredi 5 octobre nous vous accueillerons au cinéma Majestic de Lisieux pour vous faire gagner des places de ciné, pour grignoter des gourmandises proposées par nos partenaires (Le Crédit Mutuel et le Centre Culturel Leclerc) et pour échanger avec vos copains cinéphiles. De vieilles affiches et autres magazines du 7ème Art seront également à vendre. Venez avec de la petite monnaie:-)) Le lendemain, samedi 6 octobre, un film en AVANT-PREMIERE pour petits et grands. Déjà 40 ans, dites-vous ! L’époque de Molière, des Bronzés, de Voyage au bout de l’enfer et de Sonate d’automne.

Comme le temps passe ! pourrait dire Saïd Hamich, réalisateur du film Retour à Bollène. Il nous en parlera vendredi 28 septembre. Le personnage principal, qui a quitté la France, revient dans la ville de son enfance des années plus tard...

Comme le temps passe ! pourrait se plaindre Lisieux. La Ville n’a toujours pas trouvé de lieu d’implantation pour aider à renouveler ces salles de cinéma que le Temps maltraite. Elles ont fait leur temps, vive la retraite ! En trois mandats, aucune solution ! Et bientôt un quatrième ! Comme le temps passe ! Comme le temps presse ! Tandis que le parcmètre tourne...

Pour l’AP.C. Didier Mayeur (qui a fait son temps aussi)

Posté par Will Jenkins à 19:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 avril 2018

Programmation du 26 avril au 3 juin 2018

1

2

Posté par Will Jenkins à 18:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Edito mai 2018

La roue tourne

London, Wien, Berlin, Honfleur, Lisieux, la roue tourne pour les visiteurs du soir et du midi, elle tourne pour la Ville dont on peut admirer les toits et la campagne environnante. Elle a été installée sur l’initiative de l’Association Les vitrines de Lisieux et Emmanuel Thillaye, Adjoint au Maire en charge de l’attractivité commerciale. Espérons que le commerce ne va pas continuer à tourner en roue libre car le coeur de ville se vide depuis quelques années ! Quelle force que cet effet centrifuge ! Espérons également que cette Grande Roue sera plus une Roue de la Fortune qu’une animation faisant la roue comme un paon du château de Saint-Germain-de-Livet ! En fait, rien de plus démoralisant pour le citoyen et le commerçant qu’une attraction qui se pavanerait sur une place juste pour le plaisir de montrer ses appas ! Il se sentirait floué et bonjour le supplice de la roue ! Pour sa part, l’A.P.C. se sent comme écartelée par quatre chevaux au galop, à savoir des élus dépassés et un Majestic vieillissant. L’A.P.C. est dans la force de l’âge, elle n’a pas vocation a être enterrée. Dans 10000 ans, lors de fouilles décidées par la DRAC, on exhumera nos vestiges, les traces de plus de 250 actions culturelles dont l’origine de l’extinction restera inconnue. Epidémie politique ? Sénescence programmée ? Changement climatique ? Elévation du niveau de la mer ? Chute d’une roue céleste ?

Je me dis : ressaisissons-nous ! expliquait Raymond Devos dans son sketch « Sens interdit ». Mais à chaque proposition on oppose un autre grand projet et là, à force de tourner en rond, j’entends à nouveau notre humoriste dire Je vous aurai au tournant ! La Ville nous a au tournant depuis près de 15 ans et avec Devos nous enchaînons : Y a plus de bon sens ici ! Que des sens interdits, en fait !

J’ai envie, puisque la désertification du centre ville avance à la vitesse d’un sulky au galop, de faire se rencontrer l’Adjoint au Maire en charge de l’attractivité commerciale de Lisieux et le Directeur des cinémas de Lisieux. Mais peut-être se sont-ils déjà vus ? En tout cas, les Maires de Pont-Audemer et Bernay sont bien plus roués car ils ont réussi à faire tourner la roue dans le bon sens. Il existe une Association d’Assistance et d’Entraide des artistes, elle s’appelle « La Roue
Tourne », on pourrait la contacter. Et quand on apprend hélas que le cinéma parisien « La Clef » devrait mettre prochainement la clef sous la porte (c’est pas drôle !), y a de quoi bouder dans son coin. Surtout quand on sait que
sulky, en anglais, signifie « boudeur »... et à la vitesse où ça va... Un espoir, heureusement : J’espère que la routourne va vite tourner (Franck Ribéry).

Pour l’A.P.C. Didier Mayeur 

Posté par Will Jenkins à 18:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]